miroirs-les religions dans le monde
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois


MIROIRS - LA MYTHOLOGIE


La mythologie gréco-romaine est l'ensemble des mythes et des légendes propres aux civilisations de la Grèce et de la Rome antique.
Les personnages étaient le plus souvent des dieux et des déesses.
A l'origine était le Chaos qui engendra Erèbe et sa soeur la Nuit.
La Nuit, déesse des ténèbres, éousa son frère Erèbe grâce à l'intervention de la puissance éternelle de l'amour nommé Eros.
Le Chaos et la Nuit ont précédé la création du ciel et de la terre : Ouranos et Gaïa qui donnèrent naissance aux dieux anciens : les Titans, maïtres de l'univers, dotés d'une force et d'une puissance démesurée.


Il existait une centaine de dieux qui vivaient sur le mont Olympe.

Homère (850 av JC) relata les exploits d'Ulysse dans l'Iliade et l'Odyssée. Ulysse était le roi d'Itaque.
Il conquit Troie et terrassa le Cyclope.

Zeus, le dieu du ciel, dominait le demeure des dieux, le mont Olympe. Il possédait la foudre et règnait sur tous les dieux.
Héra, sa femme, était la déesse du mariage.

Athéna était la déesse de la Sagesse.

Aphrodite était la déesse de la Beauté et de l'Amour.

Poséidon, le dieu de la Mer.

Arès, le dieu de la Guerre.

Artemis la déesse de la chasse.

Apollon, son frère, le dieu de la Beauté et des Arts.

Iris était la déesse de l'Arc-en-ciel et la messagère de Zeus.

Déméter déesse de l'agriculture.

Dionysos dieu de la vigne et du théâtre.

Hadès dieu de l'enfer.

Hestia déesse du foyer.

Héphaïstos dieu des forgerons et forgeron des dieux.

Hermès dieu du voyage, des commerçants et des voleurs.

Iris était la déesse de l'Arc-en-ciel et la messagère de Zeus.

Daphnée, la nymphe, se changea en Laurier pour échapper à l'amour d'Apollon.

A côté des dieux vivaient des centaures (des êtres au corps de cheval surmontés d'un corps d'homme), des fées des forêts, les dryades, des nymphes des eaux, les naïades, les satyres, demi-dieux avec des têtes cornues, de longues oreilles et des jambes de boucs.


LA MYTHOLOGIE ROMAINE

La mythologie romaine est l'ensemble des légendes et des mythes de la religion polythéiste pratiquée dans la Rome antique.

La mythologie romaine, d'origine indo-européeenne, a emprunté au fil des siècles des conceptions religieuses et culturelles aux pays qui ont été peu à peu intégrés dans la sphère de Rome : la Grèce, l'Égypte, la Syrie, etc. Les Romains se sont appropriés puis ont digéré ces mythologies pour créer un ensemble syncrétique qui leur est propre.

Les mythes strictement italo-romains sont peu nombreux, et portent essentiellement sur la fondation des cités. On ne connaît en particulier aucune cosmogonie ni théogonie d'origine romaine.

La majorité des divinités du panthéon romain vient de la Grèce antique et a supplanté les divinités locales (ou " indigètes "), à quelques rares exceptions.

LES DIEUX ROMAINS

· Amphitrite : déesse de la Mer ;

· Angita : déesse de la Guérison et de la Sorcellerie ;

· Apollon : dieu du soleil ;

· Aurore : déesse de l'aurore ;

· Bacchus : dieu de la vigne, de la fête (les Bacchanales) et de l'ivresse ;

· Bellone : déesse de la guerre ;

· Cerbère : protecteur de la porte des Enfers ;

· Cérès : déesse de l'agriculture et de la fertilité ;

· Cupidon : dieu de l'amour ;

· Cybèle : déesse de la Fécondité (divinité d'origine phrygienne) ;

· Diane : déesse de la chasse ;

· Discorde : déesse mère de tous les fléaux ;

· Esculape : dieu de la médecine

· Les Faunes : demi-dieux champêtres et forestiers, associés au culte de Dionysos

· Faunus : dieu des bergers d'Arcadie, divinité de la fécondité, puis incarnation de l'Univers ;

· Fama : déesse de la renommée et des ragots ;

· Iris : personnification de l'arc-en-ciel ;

· Janus : dieu des passages ;

· Junon : reine des dieux, protectrice des femmes mariées ;

· Jupiter : roi des dieux ;

· Juventus : déesse de la jeunesse ;

· Latone : Mère d'Apollon et de Diane ;

· Luna : déesse de la Lune, associée à Diane ;

· Lupercus : dieu des troupeaux ;

· Mars : dieu de la guerre ;

· Mater Matuta : déesse marine bienfaisante ;

· Mercure : messager des dieux ;

· Minerve : déesse des techniques, des combats justes et de la sagesse ;

· Neptune : dieu des mers et des océans ;

· Orcus : dieu ou messager de la Mort ;

· Pluton : dieu des Enfers ;

· Priape : dieu protecteur des vergers et des vignobles, personnification de la virilité ;

· Proserpine : reine des Enfers ;

· Quirinus : forme divinisée de Romulus ;

· Salus : déesse de la santé ;

· Saturne : dieu de l'agriculture ;

· Sol : ancien dieu soleil, équivalent d'Hélios ;

· Tellus : déesse personnifiant la Terre en formation. Elle est l'ancêtre maternel des dieux et de monstres ;

· Terra : déesse-mère, personnification de la Terre ( équivalent grec Gaïa) ;

· Uranus : dieu-père, personnification du Ciel ;

· Vénus : déesse de la beauté et de l'amour charnel ;

· Vesta : déesse du foyer ;

· Vulcain : dieu du feu, forgeron des dieux.

CUPIDON
Dans la mythologie romaine, on prête à Cupidon à peu près la même origine et la même histoire qu'au dieu grec de l'amour Éros.

L'Amour victorieux, par Le Caravage (1602–1603). Représentation classique d'Éros/Cupidon en jeune garçon avec ses ailes et ses flèches.

Le nom de Cupidon, en latin, implique l'idée d'amour violent, de désir amoureux, en grec Iméros. Mais, dans la mythologie latine, on prête à ce dieu à peu près la même origine, la même histoire qu'au dieu grec Éros, amour.

Ses débuts difficiles
Cupidon, d'après le plus grand nombre des poètes, naquit de Mars et de Vénus.
Dès qu'il eut vu le jour, Jupiter, qui connut à sa physionomie tous les troubles qu'il causerait, voulut obliger Vénus à s'en défaire.
Pour le dérober à la colère de Jupiter, elle le cacha dans les bois, où il suça le lait des bêtes féroces. Aussitôt qu'il put manier l'arc, il s'en fit un de frêne, employa le cyprès à faire des flèches, et essaya sur les animaux les coups qu'il destinait aux hommes. Depuis il échangea son arc et son carquois contre d'autres en or.
Vénus, disent les poètes, se plaignant à Thémis de ce qu'Éros, son fils, restait toujours enfant, la déesse consultée répondit qu'il ne grandirait point tant qu'elle n'en aurait pas d'autre. Alors sa mère lui donna pour frère Antéros avec lequel il commença à grandir.
Par cette jolie fiction, les poètes ont voulu faire entendre que l'amour, pour croître, a besoin de retour. On représentait Antéros, comme son frère, sous la figure d'un petit enfant, avec des ailes, un carquois, des flèches et un baudrier.







Haut de la page-[menu précédent]




NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR MOSAIQUE