miroirs-la maladie de Parkinson
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois


MIROIRS - PARKINSON (MALADIE DE)

LA MALADIE-PREVENTION-LE MODE DE VIE

C'est une maladie neurologique, dont l'origine est encore inexpliquée ; elle est caractérisée par la disparition de certaines cellules du cerveau.

Les symptômes apparaissent lorsqu'il y a une insuffisance de production de la dopamine, dont le rôle est de réguler la motricité. . On compte environ 100 000 malades en France.

Cette maladie serait due à une disparition des neurones dans une zone du cerveau appelée substance noire. Cette dégénérescence se traduit par une incapacité à effectuer certains gestes.
Le symptôme le plus connu est le tremblement. D'autres symptômes sont plus invalidants, comme la rigidité des membres, la dyskénie (mouvements incontrôlés), ou encore la dépression, qui semble être le seul symptôme systématiquement présent dans la maladie de Parkinson.
La maladie se révèle le plus souvent vers 60-65 ans, parfois entre 50 et 60 ans, et évolue en plusieurs phases : o La phase dite " Lune de miel " : Elle dure de 5 à 10 ans. Le malade ne ressent pas les effets de la maladie. o La phase de la " maladie installée " : Sa durée est variable.
Certains gestes de la vie quotidienne deviennent difficile ;l'état du malade nécessite rapidement une aide permanente, l'Aide Personnalisée d'Autonomie pouvant alors entrer en jeu .

La phase de " déclin " : La maladie devient difficilement gérable. L'alimentation par sonde peut finir par être nécessaire. L'incontinence peut alors survenir. On ne meurt pas de la maladie de Parkinson, mais elle entraîne des complications graves.
Les traitements actuels atténuent les symptômes, mais ne peuvent arrêter l'évolution de la maladie.

En matière de recherche, des tests sont en cours sur des molécules susceptibles de freiner ou d'arrêter le processus dégénératif de la maladie.
Quant à la thérapie génique, elle n'en est encore qu'au stade de la recherche fondamentale. Il existe également une technique chirurgicale dite de " stimulation cérébrale " (des électrodes implantées dans la zone de la substance noire stimulent électriquement les neurones déficients).

Si le problème du maintien à domicile se pose, c'est notamment parce qu'il n'existe pas d'établissements spécialisés Parkinson.
Quelques hôpitaux mettent en place des cellules spécialisées. Selon l'association France Parkinson, la solution résiderait dans la création de petites structures, et la bonne formation du personnel médico-social. L'association intervient ainsi dans les écoles d'infirmières et dans les associations d'aide à domicile pour informer ce public.




Prévention
Il n'existe pas de moyen reconnu par les médecins pour prévenir la maladie de Parkinson. Voici tout de même ce qu’indiquent des recherches.

Les hommes qui consomment des boissons à la caféine (le café, le thé, le cola) de manière modérée (d’une à quatre tasses par jour) pourraient bénéficier d'un effet protecteur contre la maladie de Parkinson, selon des études de cohorte de grande envergure.
Par contre, chez les femmes, l'effet protecteur n'a pas été démontré aussi clairement. Tout de même, une étude de cohorte d'une durée de 18 ans révèle que le risque de maladie de Parkinson diminue chez les consommatrices de café qui ne prennent pas d'hormones de remplacement à la ménopause. À l'inverse, la prise combinée d'hormones de remplacement et de caféine augmenterait les risques.

Par ailleurs, les personnes dépendantes du tabac seraient moins à risque d'avoir la maladie de Parkinson. La nicotine stimulerait la libération de dopamine, compensant ainsi le déficit en dopamine retrouvé chez les malades. Cependant, ces observations n’ont pas une valeur absolue en regard de toutes les maladies que peut engendrer le tabagisme, notamment plusieurs types de cancer.

Sources : Passeport.Santé.Net




Mode de vie

Se maintenir actif. Il est très important que le malade reste actif et qu'il fasse de l'exercice. Faire régulièrement de l'exercice physique augmente la mobilité, l'équilibre et la coordination du corps en plus d'aider à lutter contre la déprime. Le médecin peut suggérer un programme d'exercices spécifiques, mais toute forme d'activité physique (la marche, la natation, le jardinage, etc.) est bénéfique.

Par ailleurs, comme les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont plus sujettes à l'ostéoporose, il est conseillé de pratiquer des exercices des articulations portantes (la levée de poids, la marche, le jogging, les sauts sur place, etc.) pour fortifier le squelette.
Toujours dans la même optique, il faut aussi prendre sa petite « dose » régulière de soleil pour contrer un éventuel manque de vitamine D, une carence fréquente en cas de maladie de Parkinson. La vitamine D joue un rôle essentiel dans la santé des os.

S'accorder des périodes de relaxation. Pratiquer une technique de relaxation, comme le yoga, est important pour diminuer le stress (voir Autres approches). Chez les parkinsoniens, le stress a pour effet d'augmenter l'intensité des tremblements.



Haut de la page-[menu précédent]