miroirs-les indiens d'amérique
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois



Indiens d'Amérique du Nord
L'image traditionnelle des Indiens d'Amérique a longtemps hésité entre la théorie du " bon sauvage ", chère à Rousseau, et la représentation sanguinaire des westerns. Bien qu'elle soit encore mal connue sous bien des aspects, la civilisation amérindienne mérite pourtant mieux que ces caricatures. Sa redécouverte par les ethnologues du XXe siècle a progressivement rendu une dignitéà un peuple sacrifié au mythe du progrès civilisateur.

Peuples d'origine asiatique installés, au cours de la dernière période glaciaire (vers 75 000 à 10 000 av. J.-C.), en Amérique du Nord.
Le nom d'Indiens fut donné aux habitants du Nouveau Monde par Christophe Colomb, qui croyait avoir découvert une nouvelle route maritime vers les Indes.

Lors du débarquement des premiers explorateurs européens, au début du XVIe siècle, il existe plus de cinq cents tribus indiennes appartenant à six groupes linguistiques. Ceux-ci ne correspondent d'ailleurs pas toujours aux grands ensembles culturels que représentent les Algonquins, les Hurons et les Iroquois du Nord-Est, les Sioux-Dakotas des Grandes Plaines, les Apaches et les Pueblos du Sud-Ouest ou les Inuits du Nord. L'implantation de ces tribus, pour la plupart nomades, n'est toutefois pas fixe. Ainsi les Comanches, qui appartiennent au groupe linguistique uto-aztèque-towan, sont d'abord installés sur les bords de la rivière Yellowstone (Wyoming). Repoussés vers le Texas au cours du XVIIIe siècle, ils sont finalement installés en Oklahoma à partir de 1875.

Histoire
Il ne fait plus de doute aujourd'hui que les Indiens d'Amérique sont originaires d'Asie et qu'ils se sont répandus sur le continent en un lent mouvement de migration vers le sud, après avoir traversé le détroit de Béring, probablement lors de la dernière glaciation. Même si la date de leur installation reste sujette à débat, l'hypothèse la plus vraisemblable la situe vers 30 000 av. J.-C. Mais il est possible que l'Amérique du Sud ait également reçu l'apport de populations polynésiennes.
D'abord chasseurs nomades, les Indiens découvrent tardivement l'agriculture, qui se répand progressivement du sud au nord du continent. Les premières civilisations apparaissent au IIe millénaire av. J.-C., en Amérique centrale (Olmèques). Mais, alors que s'épanouissent les empires des Mayas (IVe-Xe siècles apr. J.-C.), des Aztèques (à partir du XIIe siècle) et des Incas (XVe siècle), les tribus d'Amérique du Nord restent relativement peu organisées jusqu'à l'arrivée des Européens, aux XVIe-XVIIe siècles. Les civilisations les plus avancées, comme celle des Pueblos d'Arizona et du Nouveau-Mexique, sont alors entrées en décadence.

La conquête européenne
Après l'installation des premiers colons européens, au XVIIe siècle, les tribus sédentaires de la côte Est sont rapidement décimées par des maladies jusqu'alors inconnues sur le continent : variole, scarlatine, oreillons. Dans le même temps, la diffusion du cheval et des armes à feu transforme fondamentalement l'art de la guerre et permet aux tribus les plus avancées de s'imposer à leurs voisins. Des traités sont signés avec les puissances coloniales, France et Grande-Bretagne, qui garantissent aux Indiens la possession de certains territoires. Ils n'empêchent toutefois pas de fréquentes révoltes, comme celle de Pontiac, chef des Indiens Ottawa, en 1763-1766.

Les guerres indiennes
Après l'indépendance des États-Unis (1783), le mouvement de colonisation vers l'ouest s'intensifie et vient bouleverser cet équilibre précaire. Le gouvernement fédéral américain poursuit d'abord la politique des traités avec les nations indiennes. Puis, à l'occasion de l'achat de la Louisiane à la France (1803), il constitue les premières réserves, où sont déportées, dans des conditions révoltantes, les tribus de l'Est, dépossédées de leurs terres ancestrales. Ainsi, la confédération des Iroquois, constituée au XVIe siècle dans l'actuel État de New York par Hiawatha, est-elle déplacée de force à l'ouest du Mississippi. En installant les réserves sur les terres les plus arides, le gouvernement fédéral détruit le cadre de vie des Indiens, qui ne peuvent plus s'adonner à leurs activités traditionnelles de chasse, de pêche et d'élevage.

Les Indiens entre assimilation et affirmation identitaire
Les Indiens doivent désormais choisir entre le maintien sur leurs réserves, économiquement pauvres, sorte de ghettos étroitement contrôlés par le bureau des Affaires indiennes, et l'assimilation progressive à la civilisation américaine. L'abrogation, en 1871, de la notion de " nation indienne " vise ainsi à considérer les autochtones comme des citoyens ordinaires sans droits particuliers et rend de fait caducs tous les traités antérieurs.

Haut de la page-[menu précédent]






NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR CE SITE


Haut de la page-[menu précédent]