Guyane interdite
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois



LE FILM INTERDIT

Le documentaire explosif la Loi de la jungle est sur liste noire.
Un drapeau tricolore en berne : une image que vous ne risquez pas de voir. En effet, malgré une centaine de projections et deux récompenses, la Loi de la jungle, remarquable documentaire sur la Guyane, de Philippe Lafaix, présenté au FIPA, n'a toujours pas trouvé grâce aux yeux des diffuseurs : " Cela fait dix mois qu'on est sans réponse des chaînes ", constate le documentariste.

Pourtant son travail est exemplaire : " Je ne connaissais pas la Guyane. Mais après un documentaire sur les rapports amoureux aux Antilles liés à l'esclavage, je suis tombé sur un article du Monde diplomatique sur l'orpaillage en Guyane, explique-t-il.
J'ai voulu savoir ce qui s'y passait. Et surtout, pourquoi régnait un tel silence autour de l'un des plus grands scandales sanitaires et écologiques de ces dix dernières années ? " En effet, depuis la nouvelle ruée vers l'or, la forêt a été massacrée, et chaque année, douze tonnes de mercure sont déversées en Guyane, d'après le CNRS.
Avec des conséquences dramatiques pour la population, en particulier les Amérindiens de la " zone interdite ". Où d'après Michel Échaubard, écotoxicologue de l'INA, " il y aura des morts de la maladie de Minamata ".

Enquête à haut risque : " Désormais, certains en Guyane veulent ma tête, explique Philippe Lafaix. Quand je suis arrivé, tout le monde me disait de ne pas aller à Maripasoula. J'ai fait tout le contraire... " Frontières passoire, ruée vers l'or au mépris de l'environnement et des hommes, torture, esclavage... Philippe Lafaix décrit une véritable " zone de non-droit : à Maripasoula, une jeune fille a été poignardée juste derrière nous.
Un des gendarmes a failli être étranglé lorsqu'ils sont intervenus après que le dispensaire a été attaqué ", se rappelle-t-il.

Si l'histoire de la Guyane se caractérise par une violence inouïe, pour Philippe Lafaix, " le plus grand département de France n'est pas géré comme le reste du territoire mais comme un ancien comptoir. Autour de l'orpaillage, ce sont désormais des groupes de voyous qui ont le pouvoir. Et qui, impunément, y font régner la terreur ".
Le réalisateur a en effet rencontré des travailleurs clandestins venus du Brésil affirmant avoir été torturés par les gros bras de ceux qui ont la mainmise sur les concessions d'orpaillage. Car, " pour une concession légale - en général sous-louée par des compagnies américaines ou canadiennes - vous en avez trois ou quatre clandestines ". Et d'asséner : " L'exploitation de l'or alluvionnaire ne peut être rentable, à moins d'avoir recours à une main-d'ouvre réduite en esclavage. "

Mais l'omerta règne. " Intérêt économique, géostratégique ? " s'interroge le documentariste. Ajoutant : " En deux jours, j'ai rempli le carnet où je notais toutes les affaires de corruption dont on me parlait. " Pour lui, " les médias locaux sont aussi très policés parce que très politisés. Les pressions sont énormes. "
Un silence complice ? " Moi, je ne fais que témoigner ", estime Philippe Lafaix. Pour lui, " ce qui se passe témoigne de l'attitude de la France à l'égard de ses ex-colonies ". Concluant : " Je ne sais si des chaînes seront intéressées. Car on nous demande non plus d'avoir un point de vue mais de répondre aux exigences du marché. Mais il se pourrait que des chaînes européennes achètent mon film avant. D'autant que l'Europe subventionne la Guyane à hauteur de 370 millions d'euros pour 2000-2006.
Pour un territoire où vivent - officiellement... - 150 000 personnes. Et qui, par an, produit - officiellement - cinq à sept tonnes d'or... "

Sébastien Homer, l'Humanité du 23/01/2004


Cliquez pour voir le film sur Internet
" Ce qui se passe en Guyane témoigne de l'attitude de la France à l'égard de ses ex-colonies. "


GUYANNE

Département français d'outre-mer (DOM), situé sur le côté nord-est de l'Amérique du Sud.
Située au bord de l'océan Atlantique, la Guyane (91 000 km2) est bornée à l'ouest par le Suriname et à l'est et au sud par le Brésil.
Géographie
Le pays est couvert d'une forêt tropicale humide qui est trouée seulement par de grandes vallées. Le climat est chaud et humide, de type équatorial.

Très faiblement peuplée (115 000 hab. en 1990), la Guyane profite néanmoins d'un taux de natalitéélevé (28 ‰). L'absence de main-d'œuvre favorise l'immigration d'une nombreuse population d'origine haïtienne ou brésilienne. Depuis 1986, les troubles qui secouent le Surinam voisin provoquent l'arrivée de réfugiés dans la région de Saint-Laurent-du-Maroni (plus de 10 000).

Économie
La plupart des activités sont concentrées sur le littoral, où Cayenne, Kourou et Saint-Laurent-du-Maroni rassemblent l'essentiel de la population.
À l'opposé, l'intérieur du pays, couvert par la forêt, est seulement habité par de rares communautés d'Indiens. Des aménagements destinés à désenclaver l'arrière-pays sont néanmoins entrepris : une route nationale devrait ainsi relier Cayenne à Saint-Georges de l'Oyapock. La pêche, qui est pratiquée sur un large plateau continental de 150 à 200 km de largeur, est une des principales ressources du pays. Trois mille tonnes de crevettes sont pêchées tous les ans par des bateaux français et américains.

La forêt tropicale, qui possède de nombreuses essences exotiques, pourrait apporter d'appréciables ressources complémentaires, mais son exploitation est rendue coûteuse par les accidents du relief et par la dispersion des espèces exploitables.
Depuis 1980, la concurrence des bois d'Afrique et du Brésil entraîne par ailleurs une baisse de la production. Malgré ces difficultés, la forêt continue de faire vivre une vingtaine de scieries, ainsi qu'un certain nombre de fabriques de meubles et de charpentes.

Le lanceur d'Ariane
D'autres activités sont aujourd'hui associées à la base de Kourou, où se trouve le champ de tir des fusées Ariane.
Créé en 1966, le centre spatial français occupe 1 100 personnes, dont plus de la moitié sont des permanents. Depuis 1978, le programme européen de lancement des fusées Ariane prend la relève du programme français.

Histoire
Après l'installation des premiers colons à l'emplacement de Cayenne, à la fin du XVIe siècle, la ville est fondée en 1637 par des Français.
Disputée à la France par les Anglais et les Hollandais, la possession de la colonie lui est officiellement reconnue en 1677.
La création du bagne de Cayenne (1852) entrave pour longtemps le développement de la colonie, dont journaux et romans véhiculent l'image d'un repaire de forçats envahi par les moustiques. La Guyane est devenue un département d'outre-mer en 1946 (date de la fermeture du bagne de Cayenne).




Haut de la page-[menu précédent]



NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR E-MOSAIQUE