lA FËTE
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois



VIVE LA FETE
Réjouissances publiques en l'honneur d'un fait mémorable, d'un héros national (lé fête de l'armistice le 11 Novembre, la prise de la Bastille le 14 Juillet transformé en fête nationale).
Solénnité religieuse commémorative (Pâques, saint Laurent, st Jean...).
Ruptures dans le rythme laborieux de l'existence, occasions de rituels religieux, de réjouissances collectives ou de scènes commémoratives, les fêtes - et les carnavals, qui en sont une forme originale - remplissent dans le développement de toute communauté humaine des fonctions essentielles au maintien de l'ordre social.
Moments exeptionnels, dont le caractère ludique ou cérémoniel s'accompagne souvent d'excès, elles contrastent avec la banalité ordinaire.
Musique, danse, cris, personnages mythologiques ou fantastiques animent le cortège, qui entraîne tous les participants à renouer avec le sacré.



LA FETE, RUPTURE DU QUOTIDIEN
En centrant son analyse sur le constant que "toute rupture un peu ample du quotidien introduit la fête" et sur l'affirmation que la décomposition à laquelle la fête entraîne la communauté coïncide avec une recomposition imaginaire de celle-ci, Roland Barthes pointe ce qui peut être reconnu comme un trait majeur de toute fête, identifiable aussi bien dans les bals populaires, les sorties du samedi soir, que dans les déguisements du mardi gras : toujours une césure sépare de l'existence normée et réglée le moment de la fête et ouvre celle-ci à l'espace imaginaire où les membres de la communauté, couple ou groupe plus ou moins large, réactivent certains des mythes fondateurs de leur histoire, puisant dans ces mythes la justication des licences auxquelles provisoirement ils consentent d'un commun accord.

LIESSES CONTEMPORAINES
Si la distance est grande entre les fêtes "primitives" et nos modernes divertissements et débauches, le principe même de la rupture entre les deux temps de l'existence, demeure inchangé.

Les rares fêtes populaires qui susistent aujourd'hui attirent des foules considérables. La traditionnelle fête de l'Huma qui rassemble plus d'un demi-million de personnes à la Courneuve, en région parisienne en septembre, la fête de la musique dont le succés ne cesse de s'élargir dans toute l'Europe, et qui se déroule chaque année le premier jour de l'été démontrent ce parallèle.
De nombreuses initiatives tentent de créer des manifestations festives autour de thèmes culturels, sociaux, ou économiques avec plus ou moins de bonheur et de succès (fête du cinéma, de l'Internet, Téléthon, fêtes de quartiers...).

Si les fêtes modernes ne soutiennent pas la comparaison avec les fêtes anciennes, ni les carnavals avec les saturnales de l'Antiquité, les festivités ont en commun le principe de l'ivresse, née d'une surabondance de musique et de boissons, contrevenant à règle coutumière d'abstinence ou de modération.






FETE DE L'HUMANITE 2007
Production E-Mosaïque


Journées de fêtes selon le peintre Rubens, Michel Ange, et Bruegel en haut


Haut de la page-[menu précédent]