miroirs-la guerre civile en Espagne
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois



Dolores IBARRURI GÓMEZ dite la Pasionaria 1895-1989
Femme politique espagnole (Gallarta, Biscaye, 1895 — Madrid, 1989).
Membre de la direction du parti communiste espagnol à partir de 1932, elle milita activement en faveur de la cause républicaine durant la guerre civile. Elle se réfugia à Moscou à la chute de la République et ne rentra en Espagne qu'après la mort de Franco, en 1977. Peu après elle fut élue député des Asturies (1977-1979) et demeura, jusqu'à sa mort, présidente du parti communiste.


Celle que le monde entier a connue sous le nom de «la Pasionaria» était née à Gallarta, bourgade minière proche de Bilbao, le 9 décembre 1895, à l'époque où l'Espagne perdit toutes ses colonies. A Gallarta existait d'importantes mines où le mouvement ouvrier et progressiste se développait sous l'influence communiste.

D’ascendance à la fois basque et castillane, Dolores Ibarruri Gómez était la huitième de treize enfants. Son père était mineur de charbon, dévot et carliste. La famille avait une vie misérable.
Elle eut pourtant la chance, exceptionnelle dans un tel milieu, de fréquenter l’école primaire mais ne put réaliser son rêve de devenir institutrice. Elle entama un apprentissage de couturière, puis fut bonne à tout faire et se maria à vingt ans avec un mineur asturien, Julian Ruiz; ils eurent six enfants, dont quatre moururent à la naissance. Le couple ne fut pas heureux, séparé par les emprisonnements ou les voyages.
Son mari l’introduisit dans l’univers militant, les bibliothèques populaires, les bulletins politiques et syndicaux.
Elle commença à écrire sous le pseudonyme de la Pasionaria dans El Minero de Vizcaya, en 1918. Enthousiasmée par la révolution russe, membre du Parti socialiste en 1917, elle fut de la poignée de militants socialistes qui se tournèrent vers la IIIe Internationale; en 1920, elle était membre du comité provincial de Biscaye lors de la constitution du minuscule Parti communiste d’Espagne.

Belle femme au sourire éclatant et au port de reine, elle fit une carrière obscure mais rapide et fut élu au comité central en 1930 et au bureau politique au lendemain du VIe congrès, à Séville, en 1932 au Parti communiste espagnol, année où les électeurs des Asturies l'élirent pour la première député.
Elle fut arrêtée et poursuivie à plusieurs reprises par les autorités gouvernementales inquiets de son activité politique.
Elle voyage à Moscou où elle a un entretien avec Staline. En 1934 elle participe au congrès mondial des femmes à Paris. Prise par son activité politique intense, elle ne peut s'occuper de ses enfants qu'elle envoie en Union Soviètique pour poursuivre les études. Élue en février 1936 député sur la liste du Front populaire aux Asturies, elle devint vice-présidente des Cortes. Elle y défendit les catholiques et la constitution républicaine.

Pendant la guerre civile qui éclata quelques semaines plus tard, celle qu’on appelait la Pasionaria eut une activité fondamentale en s'adressant régulièrement à la population, et en se déplaçant très souvent au front. Sa personnalité chaleureuse, ses dons d’oratrice, l’impact de sa silhouette, vêtue de noir, de veuve des héros lui donnaient une dimension presque mythique.
Quand l’U.R.S.S. abandonna à l’automne de 1936 sa politique de non-intervention, la défense de Madrid passa au centre de l’attention de l’opinion mondiale. Avec ses formules célèbres «No pasarán» («Ils ne passeront pas»), «Antes morir de pie que vivir de rodillas» «Plutôt mourir debout que de vivre à genoux», elle incarna aux yeux de millions de ses contemporains la volonté de résistance au fascisme du peuple espagnol. Son adieu aux brigades internationales fut à cet égard très émouvant.


À la fin de la guerre civile, elle quitta l’Espagne en avion le 6 mars 1939 pour l'URSS.
Son fils mourut en combattant sur le front Russe en 1942, à Stalingrad. Elle en fut très affecté.
Sa position demeurait solide: membre du secrétariat de l’Internationale communiste en 1940 elle succéda à Díaz au secrétariat général du P.C.E. en 1942 et signa en tant que membre du présidium la résolution dissolvant l’Internationale communiste.
Résidant partiellement à Paris au lendemain de la guerre, elle se replia à nouveau sur l’U.R.S.S. pendant la guerre froide. En 1960, elle devint présidente du P.C.E., laissant le secrétariat général à Santiago Carrillo. Elle se maintint dès lors sur une position centriste, évitant rupture et éclats, tolérant 1’«eurocommunisme», mais n’oubliant jamais la référence à l’U.R.S.S. Elle voyaga à Cuba, en Chine, en Italie, en Suisse et en Yougolavie.

Elle revint en Espagne le 13 mai 1977, un an après la mort de Franco. Elle a alors 80 ans, et a passé 38 ans en exil. Elle revint en Asturies où elle fut à nouveau élu député. Elle n'abandonna jamais ses combats, et participa ainsi à la manifestation des mères sur la place des mères en Argentine. Elle vécut dans une retraite modeste, mais entourée d’honneurs.
Ses funérailles en 1989, eurent un caractère d’unanimité nationale avec l’hommage du personnel politique dans son ensemble et de centaines de milliers de Madrilènes et d’Espagnols pour qui cette femme de modeste envergure était devenue le symbole de la lutte populaire contre le fascisme.




Haut de la page-[menu précédent]




NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR E-MOSAIQUE