miroirs-Ingres
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois



Eugène Delacroix (26 avril 1798 - 13 août 1863) est un peintre français majeur du mouvement du romantisme au XIXe siècle.
Ses œuvres témoignent d'une grande maîtrise de la couleur. Certaines sont exposées au musée du Louvre.

Malgré le fait que plusieurs de ses oeuvres furent abondamment contestées de son vivant, Eugène Delacroix est aujourd'hui considéré à juste titre comme l'artiste peintre majeur de la France du XIXème siècle.

Il aurait, paraît-il regretté tout au long de sa carrière de peintre de ne pas s'être orienté vers la musique.
Nous n'aurions alors guère eu l'occasion d'admirer ses chefs-d'oeuvre, dont la Liberté guidant le Peuple, qui font de lui l'un des plus célèbres peintres français.



Peintre français (Saint-Maurice 1798 - Paris 1863).
Orphelin après la mort de son père, préfet de la Gironde (1805), puis de sa mère (1814), Delacroix entre en 1815 dans l'atelier de Pierre Guérin et l'année suivante à l'École des beaux-arts.



Au Salon de 1822, Dante et Virgile aux Enfers (Paris, musée du Louvre) étonne par la nouveauté du thème, la violence des tonalités et des attitudes, étrangères à l'enseignement de l'Académie.
En 1824, après la disparition de son ami Théodore Géricault, il lui succède comme porte-drapeau du romantisme pictural.
Les Scènes des massacres de Scio (1824, Paris, Louvre), par l'actualité du thème, par la hardiesse de la composition et des coloris, sont aux antipodes de la froide rigueur néoclassique.

En 1827, La Mort de Sardanapale (Paris, Louvre) ressuscite le baroque éclatant de Petrus Paulus Rubens, dont Delacroix copie les œuvres au Louvre.

Après la révolution de 1830, La Liberté guidant le peuple (Paris, Louvre) est une explosion d'enthousiasme généreux. Delacroix n'est cependant pas un peintre engagé, comme David et Courbet, l'art est son unique préoccupation.

Il est influencé dès 1825 par un voyage à Londres qui confirme son penchant pour la peinture anglaise, dont la Nature morte au homard (1827, Paris, Louvre) est le brillant reflet, mais aussi pour Shakespeare et Byron.

En 1832, le contact avec l'Afrique du Nord, où il accompagne la mission du comte de Mornay auprès du sultan du Maroc, élargit son inspiration ; il devient l'un des représentants majeurs de l'orientalisme français, ses croquis donnant naissance à des œuvres capitales : Femmes d'Alger dans leur appartement, 1834 ; Noces juives dans le Maroc, 1841 (œuvres conservées au Louvre).
L'amitié d'Adolphe Thiers lui ouvre une carrière de décorateur, vivifiée par une culture qui s'appuie sur le grec, le latin, l'italien, l'anglais, s'enrichit de ses contacts avec le groupe romantique rassemblé autour de George Sand.

Il réalise la décoration du Palais-Bourbon (salon du Roi, 1833-1838, et voûte de la bibliothèque, 1838-1847), une partie du décor de la galerie d'Apollon au Louvre (Apollon vainqueur du serpent Python, 1851) et celui du salon de la Paix à l'Hôtel de Ville (1851-1854), brûlé en 1871.
Cet ensemble grandiose, légendaire, mythologique ou historique, est louéà juste titre par les contemporains, qui comparent son auteur à Michel-Ange ou à Raphaël.

Mais, suspect aux yeux des peintres officiels, dominés par Ingres, Delacroix n'est élu à l'Institut qu'en 1857, après sept échecs. Malade, il s'installe place de Fürstenberg à Paris, non loin de l'église Saint-Sulpice où, pour la chapelle des Saints-Anges, il peint la Lutte de Jacob avec l'Ange et Héliodore chassé du temple (1855-1861), que l'on peut considérer comme son testament et le sommet de son art.
Peintes à l'huile et à la cire sur le mur, ces compositions véhémentes utilisent la technique du " flochetage ", annonciateur, par la juxtaposition des couleurs hachurées et entrelacées, du métier des impressionnistes.

Personnification de la fougue romantique, il apparaît comme un homme de haute culture dans sa Correspondance et son Journal (1822-1863). Son ancien atelier de la place de Fürstenberg, transformé en musée, a été rénové et agrandi en 1995.

Peintures : autoportraît - l'horpheline - la femme au perroquet





Haut de la page-[menu précédent]




NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR E-MOSAIQUE