miroirs-Bonnard
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois


Pierre Bonnard est un des peintres les plus importants de la première moitié du XXe siècle et l'un des plus grands coloristes de la peinture occidentale.
Après avoir été l'un des principaux représentants du nabisme, il évolue vite vers une peinture très personnelle.

Il crée peu à peu un univers enchanté de jeunes femmes resplendissantes, de paysages inondés de soleil, de bouquets et de fruits miraculeusement préservés des atteintes du temps.
Il suit les bouleversements qui affectent le domaine des arts dans les trente premières années du siècle - fauvisme, cubisme, surréalisme - mais s'en tient à l'écart.

À partir de 1930, par un chromatisme de plus en plus éclatant, son œuvre s'affranchit graduellement de la réalité et parvient à exprimer l'espace par la seule juxtaposition des tons.

Affichiste, décorateur, lithographe, Pierre Bonnard a influencé plusieurs générations de peintres ; son apport fondamental à l'élaboration du langage figuratif de notre temps réside dans l'exploration méthodique des ressources de la gamme chromatique, le refus de la perspective traditionnelle et l'affirmation du caractère bidimensionnel de l'espace pictural.


Pierre Bonnard (3 octobre 1867 Fontenay-aux-Roses - 23 janvier 1947 Le Cannet) est un peintre, illustrateur et lithographe français.

Très tôt Bonnard montre un intéret pour les lettres, le latin, le grec et la philosophie ainsi que pour le dessin et la couleur.
En 1885, après avoir obtenu son baccalauréat, il entre en faculté de droit, selon les désirs de son père.
Il obtiend sa licence en 1888.
Il va alors suivre les cours de l'Académie de Julian et est admis à l'Ecole des Beaux-Arts, où il rencontre Vuillard, de qui il se rapproche.
Il découvre la peinture de Gauguin, Van Gogh, Degas, Monet, Cézanne...

GROUPE NABIS
Pierre Bonnard adhère au groupe artistique des Nabis (en hébreu "prophète"). Celui-ci est composé entre autre d'Édouard Vuillard, Maurice Denis, Félix Vallotton, est fortement influencé par les idées de Paul Gauguin, et est également très marqué par la vogue du japonisme.
Leur mot d'ordre: exalter la couleur et simplifier la forme.

En novembre 1889, Bonnard prète serment d'avocat. Dans l'année 1890 il se rend tous les jours au Parquet. Il y dessine les hommes de loi. Cette année là il doit effectuer une période militaire, il est soldat de 2e classe au 52e régiment d'Infanterie à Bourgoin.
De là naitra sa toile L'Exercice, dans laquelle il manie des tons purs.

Ils s'avèrent également novateurs dans le domaine des arts graphiques en réalisant des albums d'estampes et des livres illustrés.

Pierre Bonnard fut le premier des nabis à s'intéresser à l'affiche.

Rejetant au départ le modelé de la peinture traditionnelle en faveur d'aplats de couleurs franches, cernés par une ligne évocatrice et élégante qui vise à l'effet décoratif, il trouve progressivement une voie toute personnelle où il emploie pour peindre des sujets intimes, intérieurs, nus, fenêtres ouvertes sur le jardin, des effets impressionnistes servis par des palettes de couleurs légères et lumineuses, le tout soutenu par un sens très sûr de la composition et du dessin.

SALON DES INDEPENDANTS
En 1891, il présente 5 tableaux en 4 panneaux décoratifs au Salon des Indépendants. Cette même année, il exécute une commande pour France-Champagne et abandonne du même coup sa carrière juridique.
Il fait alors la connaissance de Toulouse-Lautrec, avec qui il se lie d'amitié.
Il se retrouve en concurrence pour un projet pour le Moulin Rouge, Lautrec l'emporte.

Au salon des indépendants de 1892, Bonnard présente Le Corsage à carreaux et La partie de croquet.

RENCONTRE AVEC MARTHE
En 1893, il rencontre Marthe qui deviendra son modèle.
La même année est publiée Scène de famille, l'une des premières lithographie de Bonnard dans la revue L'Estampe.

Après cela il fera d'autres lithographies pour La Revue blanche, comme Parisiènnes et La Femme au parapluie.

En 1897, Bonnard illustre de 18 dessins au pinceau un roman du Danois Peter Nansen, Marie, parue dans La Revue blanche.

Il est alors remarqué par Vollard et fera sur sa demande, 109 lithographies pour un ouvrage de poésies libres de Verlaine.

Il renouvellera l'expérience, toujours sur la demande de Vollard, pour Daphnis et Chloé.

Dans le début des années 1900, Bonnard voyage beaucoup à l'étranger. Dabord à Venise et à Milan en 1899, avec Roussel et Vuillard, puis en Espagne en 1901, Séville, Grenade, Tolèd, Madrid.

Entre 1905 et 1906, il entreprend une croisière en Belgique et en Hollande.

Il achète en 1926 la Villa Le Bosquet au Cannet, dans laquelle il se retira pendant la guerre en 1939.
Il traverse ensuite une période sombre durant laquelle il peint des intérieurs et des scènes de rues nocturnes.

Son unique compagne Marthe meurt en 1942.



Peinture de haut en bas : Autoportraît (1889), Nu au bas noir (vers 1900), femme nu devant la glace(vers 1930), jeune femme (1903), la grande baignoire ou nu (1937-1939).



Haut de la page-[menu précédent]




NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR MOSAIQUE