lES ALLERGIES
Cliquez ici pour découvrir le Journal Mosaïque de ce mois


L'allergie est une réaction exagérée de notre organisme contre des substances étrangères (des antigènes).

LA DEFINITION
En soi, ces substances étrangères ne représentent pas un danger, contrairement aux microbes ou aux virus. Mais, pour une raison inexpliquée, notre système immunitaire les considère à tort comme des ennemies. Dans ce cas, les antigènes sont appelés des allergènes. Cela peut arriver avec n'importe quel antigène capable d'entrer dans notre corps. Aujourd'hui, on en recense officiellement pas moins de 400 ...
Les avants postes de notre défense immunitaire se trouvent principalement là où le corps entre en contact avec l'extérieur : la peau, les muqueuses qui tapissent le tube digestif et l'intérieur des voies respiratoires (du nez au bronches) et au niveau des yeux (conjonctive).
Ces muqueuses sont remplies de globules blancs de deux sortes : les macrophages et les lymphocytes.

LE DEVELOPPEMENT
Le mécanisme de l'allergie se passe en 2 temps : une reconnaissance de l'allergène par les macrophages (phase de sensibilisation) et une réaction contre cet allergène par les lymphocytes et les mastocytes (la réaction allergique).
Pour développer une allergie, il faut avoir un terrain prédisposé ou génétiquement déterminé - ou héréditaire. Ce terrain est dit "atopique", il se manifeste par différents symptômes : eczéma, rhinite, asthme, urticaire, qui peuvent être présents en même temps ou se succéder au cours de la vie pour un même patient.

LA DUREE
On a vu que notre système immunitaire avait la mémoire longue et n'oubliait plus l'allergène une fois qu'il l'avait reconnu. Ainsi, une fois qu'on est allergique, on a des risques de le rester très longtemps dans sa vie.
A part quelques allergies qui disparaissent avec l'âge ou pour lesquelles on peut se désensibiliser, la plupart des allergies sont définitives. Il n'existe pour le moment aucun remède préventif sûr à 100%.
Or, l'allergie n'est pas une manifestation figée. Elle évolue dans le temps. Plus le patient allergique est en contact avec son allergène, et plus les manifestations de son allergie augmentent. Ainsi, un simple rhume des foins saisonnier peut se transformer avec le temps en un asthme. Il n'y a pas de retour en arrière.
De plus, gare aux allergies croisées. Ces réactions peuvent vous rendent allergique à certaines substances quand vous l'êtes à d'autres. Elles peuvent s'expliquer par une homologie (ou "ressemblance") entre différentes protéines. Si vos anticorps ne sont pas assez précis - c'est-à-dire spécifiques de la protéine - ils auront tendance à réagir aux protéines homologues.

LES MEDICAMENTS
Ne prenez jamais de médicament sans consulter votre médecin. Vous pourriez mettre gravement votre vie en danger. Les informations contenues ci-dessous sont générales, non exhaustives et sujettes à mise à jour.
Les médicaments qu'on utilise pendant une réaction allergique servent à calmer l'inflammation (ce sont les corticoïdes) et à bloquer les effets de l'histamine (ce sont les antihistaminiques). En cas de choc grave, on utilise l'adrénaline. Les corticoïdes

Les corticoïdes sont des médicaments destinés à lutter contre les inflammations, notamment celles survenant au cours d'une réaction allergique (asthme, oedème, rhinite, urticaire, eczéma ...).
Ils s'administrent parfois par voie générale (corticoïdes généraux) en cure de courte durée pour éviter les effets secondaires, mais surtout par inhalation (corticoïde inhalés) en cure parfois de longue durée sans effets dommageables ou en application locale sur la peau (dermocorticoïdes).
Les antihistaminiques : médicaments du quotidien
Ce sont des médicaments qui s'opposent aux effets de l'histamine et des médiateurs de l'allergie. Ils sont utilisés pour traiter les manifestations allergiques (rhinites, urticaires) mais aussi en prévention (ils auraient en effet peu d'effets secondaires). Contrairement à ce que leur nom laisse supposer, les antihistaminiques n'empêchent pas la sécrétion d'histamine (ou plus exactement la libération de l'histamine par les mastocytes). C'est plutôt le rôle des Cromoglycate.

L'adrénaline : le médicament de l'urgence
L'adrénaline est utilisée dans les cas d'urgence allergique, en particulier de choc anaphylactique. Elle a pour effet d'accélérer le cœur et de contracter les vaisseaux, ce qui permet de rétablir une tension artérielle qui aurait chuté avec la réaction allergique, et de faire dégonfler les oedèmes (en cas d'oedème de Quincke avec trouble respiratoire).
En cas d'allergie grave avec possibilité de choc anaphylactique, il est préférable d'avoir de l'adrénaline chez soi (ou à l'école, au bureau ...penser à la renouveler) et d'avoir dans son entourage quelqu'un qui sache comment l'injecter.

La lutte contre l'allergie
L'allergie est devenue un véritable phénomène de société. En 1980, 10% de la population en souffrait, aujourd'hui plus de 30% (source: étude ISAAC ), et certains chiffres circulent faisant état de 50% de malades d'ici 10 ans (pas de référence scientifique retrouvée sur ce point) dans les pays industrialisés de l'hémisphère Nord.
Les micro-particules, notamment celles du diesel/mazout, émises par des carburants sales et une combustion non filtrée, auraient une incidence sur l'allergènicité de certains grains de pollens mais d'autres études (japonaises) infirment ce point.

Le diagnostic par le médecin allergologue est la base de toutes les mesures à prendre.
En général, le médecin pratique des tests indolores sur le bras ou dans le dos, où l'on met la substance allergisante en contact avec le corps. Après quelques minutes, la réaction immunitaire fait apparaître une marque.
Plus cette marque est importante par rapport au témoin (de l'histamine), plus l'allergie à la substance est importante.

Allergies aux pollens : conformez-vous à un calendrier pollinique, portez un masque anti-pollens, évitez la nature au printemps, partez en vacances aux bonnes dates et aux bons endroits (le vent de mer charie peu de pollens).

Allergies aux acariens : fuyez la poussière, aérez votre maison le soir et le matin, n'utilisez pas l'aspirateur, ni le balais, préférez la serpillière et le chiffon humide, renoncez aux moquettes, tissus, oreillers et couettes en plumes, peluches et chiffons, utilisez des produits anti-acariens, préférez l'altitude au-delà de 800 m.

Allergies aux animaux à poils (chats, chiens...), évitez tout contact avec eux et frottez-les au moins une fois par jour avec une serviette humide.




Haut de la page-[menu précédent]